KWS
   
 

Evaluation du risque lié aux nématodes

Introduction et principe

Le diagnostic d’une attaque dues aux nématodes n’est pas chose facile (kystes peu visibles, répartition hétérogène dans la parcelle,…). Pourtant les pertes en rendements sont très souvent importantes, avec une solution adaptée, il n’est pas rare de pouvoir gagner 10 tonnes/ha ! De ce fait il est important de pouvoir évaluer le risque en fonction de sa région.

Le principe de la construction de la carte repose sur le calcul d’un ratio entre la surface en plantes hôtes (betteraves sucrières et fourragères, colza,…) et la surface sous labour. Ces surfaces proviennent des données du recensement 2005 (Ministère de l’Economie). Ce ratio est réalisé pour chaque commune de fusion soit 591 communes.

Exemple :
A Pont à Celles, un ratio de 22 indique que dans cette commune sur 100 ha sous labour, on compte 22 ha de plantes hôtes du nématode.

Remarques :
La situation est probablement sous estimée dans les régions avec de l’épinard, des choux,… qui sont aussi des plantes hôtes mais dont les données de surface n’étaient pas disponibles.

Répartitions cultures hôtes nématodes


Si vous souhaitez télécharger un PDF ( 2,6 MB) ce qui permet une carte plus détaillée, cliquez ici ou sur la carte.


Conclusion
En Belgique 5 zones à risques élevés peuvent être mises en évidence.
Dans la partie Est du pays il s’agit de la région au nord et à l’ouest de Liège.
Au centre du pays on retrouve la zone de Tienen ainsi que Genappe où la situation semble très homogène avec une pression du risque parmi les plus importantes.
A l’Ouest, il s’agit de la zone de Veurne et du Tournaisis qui historiquement était un bassin sucrier important.

Dans ces zones l’utilisation de variétés doubles tolérantes contre la rhizomanie et le nématode est vivement conseillée !

BE_2007FeldNematoden

Calculette


 
KWS